La grande dame et le grand couturier

Publié le par Olivia van Hoegarden

Comtesse Greffulhe par Nadar

Aller dans un musée, c'est se distraire, se cultiver, apprendre et sortir plus riche de toutes les beautés qui nous sont données à voir. Pour moi, parfois, c'est retourner dans une maison de famille. Je vais chez grand-père et grand-mère, ouvrir des placards qui exhalent les parfums capiteux du luxe et de l'élégance. Pour un peu, je me déguiserais en dame avec une traîne trop grande pour moi mais je sors vite de mon rêve. Un gardien s'approche et me rappelle que la robe de mamy est devenu trésor national que je ne peux plus y toucher qu'avec les yeux.

Vendredi 6 novembre 2015, j'ai pu admirer au Palais Galliera, le musée de la mode, une expo consacrée à la garde-robe d'une incroyable aristocrate. Celle qui a inspiré Proust pour son personnage de la duchesse de Guermantes : la comtesse Greffulhe. Je me suis retrouvée devant des créations de génies de la mode du 19e et 20e siècle, des chefs d'œuvre. J'ai fait mon petit tour de ce délicieux musée et ce qui m'a touchée le plus jusqu'au frisson, jusqu'au sanglot, ce sont les modèles inventés par Jean-Philippe Worth, mon arrière grand-oncle, pour cette femme extraordinaire.

Jean-Philippe Worth a dirigé la Maison Worth, maison de haute couture universellement connue en son temps. Il l'a reçue de son père Charles-Frederick Worth en 1895 et transmise, à mon grand-père, Jean-Charles Worth en 1910 qui lui même l'a laissée à son neveu Roger en 1935. Elève de Corot, Jean-Philippe aurait voulu être peintre mais jamais au grand jamais il ne lui serait venu à l'idée de ne pas prendre la suite de son génial papa qui inventa la haute couture en 1858. Et, pourtant, il l'a surpassé en goût et en invention. En témoigne entre autres la "robe aux lys" dans laquelle Elisabeth Grefulhe se fit photographier par Nadar et cette robe de velours vert et bleu ou encore l'incroyable cape taillée dans une étoffe offerte par le Tsar Nicolas II.

Evidemment l'héroïne de l'expo, c'est la comtesse, un personnage hors normes dont Jean-Philippe était le couturier préféré. Mais quand j'ai approché ces incroyables robes imaginées par mon aïeul, savoir qu'il les avait touchées de ses mains, ajustant un drapé sur les épaules de la fascinante comtesse, m'a fait vibrer, comme si l'ADN se mettait à bouillonner. La mode telle qu'elle est montrée au travers des choix d'une élégante mondaine devient émouvante, familière. Nice job, Oncle Jean-Philippe, votre héritage est éblouissant. Il était temps que l'on vous rende votre prénom.

La Mode retrouvée - les robes trésors de la comtesse Greffulhe

Jusqu'au 20 mars 2016

Palais Galliera, 10, rue Pierre Ier de Serbie - 75016 Paris

01 56 52 86 00

Jean-Philippe Worth, (1856-1926), grand couturier

Jean-Philippe Worth, (1856-1926), grand couturier

Robes de Jean-Philippe Worth (Palais Galliera)
Robes de Jean-Philippe Worth (Palais Galliera)

Robes de Jean-Philippe Worth (Palais Galliera)

Publié dans La Mode

Commenter cet article

Anne Van H. 10/11/2015 19:32

Bel article qui me mènera à visiter cette exposition ! Merci Olivia.

Nemo 10/11/2015 17:03

Si vous voulez en savoir plus sur la comtesse Greffulhe, lisez l'excellent livre que lui a consacré Laure Hillerin : "La comtesse Greffulhe, l'ombre des Guermantes "(Flammarion, octobre 2014). Vous trouverez toutes les informations sur ce livre et sur l'actualité de la comtesse Greffulhe sur la page web : http://www.comtessegreffulhe.fr/

Olivia van Hoegarden 21/11/2015 10:08

Merci, Nemo, de cette information, cette femme est fascinante. Je vais me procurer ce livre.